top of page
Rechercher

Le syndrome du nid vide 


Voici un joli nom pour ce thème que je souhaitais aborder avec ce passage en 2023 cette année 2022 aura été marquée pour moi par le départ de mes enfants qui ont quitté la maison pour vivre leur vie autrement, on en parle peu mais c 'est une épreuve dans la vie de toutes mamans, 2023 ouvre un nouveau chapitre dans mon histoire de "mère" comme un passage dans une nouvelle étape de vie.

Quand les enfants quittent le domicile familial, une déprime s'installe chez les parents

(35% des femmes) comme un sentiment d'abandon.

Leur départ est en effet un mélange de joie, de bonheur, de fierté, mais aussi de tristesse. C’est également une forme de déchirement et de renoncement. C’est une page qui se tourne, et un nouveau chapitre qui s’ouvre. C’est un moment fort car la fonction parentale, notamment maternelle, prend un coup dans l’aile.

ll faut avoir très tôt en tête que nos enfants auront un jour une vie sans nous. Ils ne nous appartiennent pas. Nous avons pour mission de les construire afin qu’ils réussissent à vivre loin de nous. Anticiper leur départ, c’est maintenir, quand ils sont encore à la maison, une vie en dehors d’eux, ne pas mettre sa propre vie en veilleuse. C’est avoir une vie affective et/ou professionnelle épanouie ou encore des activités personnelles car, à un moment donné, les enfants ne rempliront plus le quotidien.

Notre réaction et notre manière de vivre ce déchirement dépendent en grande partie de la manière dont nous avons nous-mêmes vécu notre propre histoire avec nos parents. Quand notre départ a été douloureux ou conflictuel, cela vient forcément résonner en nous et réactiver nos souvenirs lorsque nos enfants quittent la maison. Leur départ oblige à se poser des questions sur soi, à faire le point sur sa propre vie pour savoir où l’on en est. Beaucoup de choses se jouent : peur de la solitude, angoisse du vieillissement, etc. Nous devons à nouveau faire connaissance avec nous-mêmes, car souvent nous nous étions un peu perdu(e)s de vue. En couple il va falloir se regarder et regarder l’autre en face, s’écouter dans ce silence assourdissant laissé par le départ des enfants. Et ce n’est pas facile. Les parents gagnent tout d’abord en liberté et en temps. Voilà que s’achève le temps des cours, des rendez-vous pris pour eux, des repas pensés et préparés en fonction d’eux… Il serait dommage de ne pas profiter de cette nouvelle liberté de mouvement ! Les parents n’ont plus qu’à s’occuper d’eux-mêmes, c’est une sensation oubliée. Par ailleurs, une nouvelle relation va se tisser avec les enfants devenus de jeunes adultes autonomes. Et c’est très enrichissant. Être mère nous a occupé des années, quotidiennement. Nous restons toujours mère, mais en dehors du quotidien. Il va donc falloir réorganiser son temps pour que l’énergie auparavant déployée envers nos enfants s’écoule ailleurs. Cette étape m a enseigné la résilience et le lâcher prise, méditations et séances auprès de mes consoeurs et confrères m'ont permis de vivre plus sereinement cette séparation de m'occuper de moi de mes projets et de profiter pleinement de mes enfants sans les tracas du quotidien, fière et heureuse de les voir évoluer et progresser dans leurs nouvelles vies.

0 vue0 commentaire
bottom of page